un enfant se lance dans le vide

Et un jour, j’ai eu confiance en moi

Face au vide, on hésite souvent à sauter. On s’accroche à  tout ce qui peut  donner un semblant de contrôle et d’équilibre, même infime. On a peur de l’inconnu. Ces endroits qui donnent le vertige. Parce qu’ils sont difficilement accessibles. Et qu’on prend le risque d’échouer. Certains remettent à plus tard, voire jamais, leur départ à l’aventure. D’autres se résignent à un endroit plus confortable, et moins dangereux en faisant la sourde oreille à leur besoin profond. Celui de dépasser leurs limites et de réaliser des choses dont ils ne se croyaient pas capable. Mais au fond, on a tous le désir d’avancer, de se lancer, et de prendre tous les risques. Dans cet article, je partage des points de vue qu’on m’a, gentiment, accordé pour gagner confiance en soi.

 

Toujours voir positif

Photo d'Issouf
Issouf

Pour Issouf, sa force est logée dans sa croyance en ses capacités : « Ne jamais douter de soi est le premier principe. Le courage vient ensuite. Je ne vois jamais l’échec même si je sais qu’il existe. Tout dépend de ce qu’on se fixe comme objectif. Toujours voir positif est crucial. J’ai repris les cours mais, je n’avais pas eu besoin de diplôme en journalisme pour être rédacteur de l’un des plus grand magazines web du Mali. Je suis croyant, je bosse dur car je sais que la réussite ne tombe pas du ciel et j’évite de faire du mal au gens. Du coup je sais que tôt ou tard, ça ira. Seul le travail paie. On me l’a toujours dit et je sais que c’est une réalité. » Issouf Iss Bill Kone (blog : www.lappeldugriot.mondoblog.org)

Se connaitre mieux que quiconque

photo Sandrine
Sandrine

Pour Sandrine, le premier impératif est de se connaitre mieux que quiconque : « On ne peut pas parler de confiance en soi sans évoquer l’estime de soi. Selon moi, ces deux termes bien souvent confondus, et pourtant différents restent tout de même complémentaires. La confiance en soi est le sentiment de sécurité ou non que nous avons, tandis que l’estime de soi évoque l’opinion favorable ou pas que nous avons de nous-même. Donc si l’on est sûr de soi et que l’on sait de quoi l’on est capable, on va réussir à se valoriser et à mieux s’aimer. Et inversement, si l’on s’aime et que l’on sait ce que l’on vaut, on va réussir à réaliser de grandes choses. Il n’est, de nos jours, pas du tout facile de réussir à s’aimer tel que nous sommes. Quand on a confiance en soi, c’est qu’on se connait mieux que quiconque, et que l’on sait de quoi on est capable. Et dans ce cas de figure, les éléments et facteurs externes parviennent très difficilement à remettre en cause notre état d’esprit.

Travailler sur soi-même

Elle ajoute le besoin de travailler sur soi-même : « Heureusement que tout cela se travaille et que nombreux sont les coachs, experts ou thérapeutes qui en ont fait leur business, bien souvent lucratifs.

Je l’utilise quotidiennement lorsque j’accompagne les jeunes que je reçois. Des jeunes en perte de repères, et en rupture sociale qu’il faut remotiver afin qu’ils puissent de nouveau être actifs professionnellement. Je travaille toujours avec eux, en premier lieu leur « connaissance de soi ». Avant d’intenter toute action, Il faut selon moi mieux se connaître. Faire un travail sur soi afin d’identifier les traits essentiels de sa personnalité. Je travaille avec le jeune sur ses valeurs, ses besoins, ses sources de motivations, ses objectifs, ses envies, ses ressources culturelles, ses compétences, ses préférences, ses aptitudes et à l’inverse aussi sur ses contraintes, ce qu’il n’aime pas, ses zones de blocage…. C’est tout ce travail qui lui permet de découvrir son potentiel, de quoi il est capable afin de lui redonner confiance en lui et de poser des plans d’actions cohérents et réalisables.

Valoriser sa différence

En dernier lieu, elle aborde la nécessité de valoriser la différence : « La confiance en soi est d’abord une question de connaissance de soi. Ensuite, étant conscient que chaque être humain a été créé différemment, la différence dans la diversité devrait être un atout pour pouvoir s’émanciper. Savoir quels sont mes atouts,  comment les apprécier et comment les développer ». Sandrine NAGUERTIGA (blog : www.youngleader.mondoblog.org/, sites web : www.lafroptimiste.com/  www.entreprendrelafrique.com)

Un grand merci pour le partage d’Issouf et de Sandrine ! Pour les connaitre davantage, leurs blogs et sites web respectifs sont cités plus haut.

 

4 commentaires sur “Et un jour, j’ai eu confiance en moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *