Madagascar sans lémuriens, c’est pour bientôt?

Article : Madagascar sans lémuriens, c’est pour bientôt?
16 mars 2019

Madagascar sans lémuriens, c’est pour bientôt?

 

Il y a quelques semaines, une photo circulant sur les réseaux sociaux a généré beaucoup de débats. Pour résumer, c’était un lémurien qui portait un harnais de sécurité et une couche, assis sur le genou de sa propriétaire, dans une voiture en Floride.

CCthatgirlnamedkori/ instagram

Voir cette photo m’a choqué. Je n’aurai jamais pensé qu’un lémurien pouvait être considéré comme un animal domestique, et l’afficher sur les réseaux sociaux de cette manière m’a brûlé les yeux. Comme je viens de Madagascar, et que je sais à quel point cet animal est emblématique pour mon pays, je me suis sentie mal. Pour rappel, le lémurien est une espèce endémique de Madagascar, c’est à dire qu’elle n’existe exclusivement que dans ce pays qui est son habitat naturel. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle on retrouve « King Julian » (un lémurien) dans le film d’animation « Madagascar ».

via GIPHY

J’ai laissé un commentaire pour signaler cette photo. La propriétaire a alors engagé une conversation sur le fait qu’elle n’était pas responsable du fait qu’il y ait un commerce des lémuriens, que c’était tout à fait légal en Floride, en ajoutant que c’était un cadeau qui lui a été offert. Je m’abstiendrai de tout commentaire.

Au-delà de ce « fait divers », les lémuriens de Madagascar font réellement face à des problèmes. Sans vouloir insister, si rien n’est fait, Madagascar n’aura, bientôt, plus de lémuriens.

La consommation de  viande de lémuriens

Le braconnage et la consommation de lémurien existent à Madagascar. Malgré les interdictions, la viande de lémurien est illicitement servie dans certains restaurants, situés près de leur habitat naturel. Le problème est que la population locale, face à la pauvreté, vit des ressources naturelles dans les aires protégées. La loi est faiblement appliquée et les braconniers sont relâchés rapidement. Ces derniers sont armés et ils ont de l’argent, tandis que les communautés locales qui veulent défendre les aires protégées sont impuissantes. Menacée par les braconniers, la population locale n’ose pas dénoncer les responsables des braconnages.

Les conséquences sont alarmantes: en 2018, 105 lémuriens sur les 112 espèces connues sont menacés d’extinction.

Un reportage à ce sujet est d’ailleurs disponible ci-après:

 

 

La destruction de leur habitat naturel

A Madagascar, la déforestation est une menace perpétuelle pour les lémuriens. En 2017, il ne restait plus que 10% de la forêt d’origine. De nombreuses problématiques viennent fragiliser leur habitat naturel: trafic de bois précieux, charbon de chauffe, culture sur brûlis. Soyons clair, sans forêts, il n’y a pas de lémuriens, car ils y vivent et c’est leur habitat naturel. Selon un reportage en 2017, si aucune action n’est menée d’ici 30 ans, il n’y aura plus de forêts à Madagascar, et il n’y aura plus de lémuriens (sans parler des autres espèces endémiques qui s’y trouvent).

Le changement climatique

Les lémuriens sont aussi touchés par le changement climatique. A Madagascar, les cyclones sont de plus en plus violents, la sécheresse est plus rude et plus longue. Ce déséquilibre des saisons a empêché la floraison des arbres fruitiers, alimentation de base de cette espèce. Pour information, en plus des chauves-souris frugivores, les lémuriens jouent un rôle important dans la pollinisation à Madagascar. Si une espèce chargée de la pollinisation disparaît, la floraison sera plus compliquée.

Le commerce de lémuriens

Pour revenir sur le fait divers qui a introduit cet article, le commerce de lémuriens existe également. Un article d’un journal malgache mentionnait une tentative d’exportation clandestines de lémuriens qui a tourné court. Il semblerait que d’autres tentatives ont bien marché étant donné le commerce qui existe et qui est « normal » pour le cas que nous avions cité.

J’imagine qu’il y a des problèmes plus grave que l’extinction d’une espèce, et que si Madagascar se retrouve sans lémuriens, ce ne sera pas la fin du monde. Pourtant, la préservation de la biodiversité et la protection de l’environnement sont des sujets qui me tiennent à cœur, et que j’estime devoir partager.

 

Partagez

Commentaires

Mawulolo
Répondre

Dommage qu'une si belle espèce soit ainsi négligé.
J'ai visité Mada deux fois déjà et cela me fait mal que les lémuriens si particuliers soient bradés et ainsi menacés

rindrahariniaina
Répondre

Ça fait mal au cœur rien que d'y penser..