un livre ouvert

Top 5 des proverbes malgaches pour les jeunes

Les générations d’avant ont cette facheuse habitude de toujours comparer leur jeunesse à celle des générations suivantes. Et souvent, les plus jeunes ne comprennent pas. « Ca c’était avant » répondraient les plus vieux du tac au tac. Être jeune aujourd’hui et être jeune il y a des années de cela, au fond quelle différence ? « A notre époque, nous n’avions ni la télévision ni les gadgets que vous avez aujourd’hui » marmonnent souvent les personnes âgées, les parents, les grandes soeurs et les grands frères. Voire même, une personne qui a un an de plus seulement que vous, se considère quand même comme un « aîné ». Cela dit, il reste indéniable qu’avant, les jeunes de Madagascar avaient l’avantage d’être conseillés par les aînés, notamment à travers des histoires contées, des proverbes (hé non, Google n’existait pas !). Voici un top 5 des proverbes malgaches potentiellement utile pour la jeunesse d’aujourd’hui et celle de demain.

1. « Tanora ratsy fihary, antitra vao ratsy loaka »

Traduction: « Un jeune qui ne sait pas épargner, finira dans sa vieillesse par se contenter d’aliments détestables ».

C’est une jeunesse qui ne compte pas, qui n’épargne pas. Nous pourrions nous référer à la mythologie grecque et penser à Dionysos, le dieu de la vigne, du vin et de ses excès.

D’un côté, le proverbe évoque l’aspect financier : quand la jeunesse tombe dans l’excès pour assouvir tous ses désirs, elle oublie d’épargner dans la force de l’âge. Et ce n’est qu’à un âge avancé qu’elle se retrouve face à une assiette vide. Il est quand même compliqué pour un jeune de dire « non » aux tentations de manger après une rude journée de travail / d’études (j’avoue avoir moi même dépensé une certaine somme de mes revenus en mangeant !).

D’un autre côté, ce proverbe aborde l’aspect « santé »: étant donné que le terme « fihary » signifie « gestion », il est également question d’équilibre alimentaire. Si, dans notre jeunesse, nous mangeons sans nous soucier de notre santé, nous finissons par devoir faire un régime et nous priver de beaucoup d’aliments.

2. « Tsy misy mafy tsy laitra ny zoto »

Traduction: A coeur vaillant rien d’impossible

Ce proverbe met en avant le travail et l’effort pour surmonter les obstacles. Rien n’est impossible si on se donne les moyens d’y arriver. Cela a dû être le cas des malgaches qui parcouraient des kilomètres, enjambant les montagnes, pour aller d’un point à un autre. Parce qu’à l’époque, il n’y avait pas de voitures, ni de transport en commun, même pas de bicyclette. Mes parents me racontaient que mon grand père, qui habitait à Ambohimalaza, une commune rurale à l’est de la capitale, marchait pour venir nous voir alors qu’on habitait en ville, à environ 15km.

3. « Indray mandeha ve no manta vary dia handevin-tsotro be »

Traduction: Pour une fois que la récolte du riz a manqué, n’allez pas enterrer la grande cuillère

Ensuite, en faisant référence à la cuillère pour servir le riz cuit, le fait qu’il n’y aie pas de récolte de riz aujourd’hui (ou plus) ne doit pas être une raison pour enterrer la cuillère. Il y aura une récolte une autre fois et elle pourra encore servir ! Le message est ainsi: « ne vous découragez pas trop vite, la récolte sera meilleure une autre fois! »

Le riz étant l’élément indispensable dans l’assiette du malgache, plusieurs proverbes et contes s’inspirent de cet élément.

4. « Aza tanora be sondrotr’aina, fandrao tsy misy ho enti-miantitra »

Traduction: « N’ ayez pas dans votre jeunesse un mauvais caractère, car vous n’auriez personne pour vous venir en aide dans le malheur de votre vieillesse : on s’ éloignerait de vous »

Ici, c’est plus une question d’intelligence émotionnelle. C’est grâce à cette intelligence qu’on crée des liens et qu’on arrive à avoir des personnes autour de nous dans nos projets personnels, professionnels, etc. Il faut s’entourer des bonnes personnes, sur qui nous pouvons réellement compter.

5. « Zanahary tsy mitahy mandry »/ « Akangalahy mandry andro, tsy nahiny ny voin-ko avy »

Traduction: « Dieu ne bénit pas celui qui ne fait que dormir »/ « Pintade mâle qui dort le jour, elle n’a pas prévu le mal qui approche »

Pour finir notre top 5, nous revenons au thème du travail et de l’effort pour avoir des résultats et ne pas être surpris par les aléas de la vie. Quand nous commençons à comprendre que c’est à nous de nous lever le matin pour vivre notre journée, et que personne d’autre ne va la vivre pour nous, la vie nous ouvre ses portes.

Ainsi, aujourd’hui, les fils d’actualités sur les réseaux sociaux pullulent de conseils donnés par tel ou tel personnage public, ou un simple utilisateur comme vous et moi. Les ainés ne sont plus autant sollicités car internet semble donner toutes les réponses aux questions posées.  Dans ce contexte, les proverbes d’antan peuvent-ils rester d’actualité pour les jeunes d’aujourd’hui ? Pouvons nous encore en tirer des enseignements et de la sagesse ? Un arsenal de questions auquel je réponds « oui » à travers cet article. Les proverbes malgaches ne sont pas à jeter dans les oubliettes car ils restent toujours d’actualité ! Les discours des orateurs malgaches le confirme. Et si l’on s’y attardait un peu, on pourrait en tirer de bonnes leçons !

 

2 comments on “Top 5 des proverbes malgaches pour les jeunesAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *